Grosses chaleurs : nos enfants boivent-ils suffisamment ?

Selon une étude du Crédoc, non. Seulement 14 % des adolescents boivent 1,5 litre par jour.

Les chiffres se sont aggravés depuis la dernière étude du Centre de Recherche pour l'Etude et l'Observation des Conditions de Vie, il y a trois ans. Environ un tiers des adolescents boit moins d'un litre d'eau par jour ! Un enfant en bonne santé est considéré comme bien hydraté tant qu'il maintient sa balance hydrique. Et, en ces périodes de fortes températures, les enfants sont plus que les adultes exposés à un déficit hydrique favorisant la déshydratation. Pourquoi ? Car leur rapport surface corporelle/poids est plus élevé, et les pertes d'eau sont donc proportionnellement plus importantes via la peau. Leur métabolisme énergétique est élevé, car ils sont en pleine croissance. Leur système de thermorégulation est différent de celui des adultes, car leur corps s'acclimate différemment lors des changements de température comme pendant la pratique d'un sport. Et surtout, ils n'ont pas le réflexe de boire, même quand ils ont soif, sans doute car ils sont trop absorbés par leurs activités. Sans compter que pour accéder à l'eau, les enfants sont généralement dépendants des adultes, et ne sont pas à même de reconnaître les signes de déshydratation.

Quelle quantité d'eau doit boire un enfant ?

Dans un climat tempéré, un enfant entre 4 et 8 ans devrait boire 1,1 litre d'eau par jour
Entre 9 et 13 ans, 1,3 litre par jour pour les filles et 1,5 litre pour les garçons

Quels sont les principaux signes et conséquences de la deshydratation ?
Appauvrissement des larmes lors des pleurs, sécheresse buccale, insomnie, fatigue, faiblesse musculaire, céphalées, vertiges étourdissements. Mais aussi, on constate une déshydratation, lorsque les urines sont foncées, beaucoup plus concentrées, c'est aussi la porte ouverte à de plus nombreuses infections urinaires.
Des études menées en Israël et en Grande-Bretagne sur des groupes d'enfants ont démontré qu'une hydratation insuffisante peut avoir des conséquences sur les facultés cognitives, les performances mentales et la concentration.

Toujours une petite bouteille d'eau avec soi

Pour toute activité, plage, sports, loisirs, en voiture, munir votre enfant d'une petite bouteille d'eau.
A la rentrée, ayez le même réflexe, les mois de septembre peuvent être très chauds, et souvent à l'école, les enfants ne boivent guère, en dehors du repas à la cantine. La solution : une petite bouteille d'eau dans le cartable, mais nombre de chefs d'établissements l'interdisent en prétextant des problèmes de sécurité en disant qu'il y a toujours le robinet. Mais rares sont les enfants qui vont boire au robinet des toilettes : inconfort, manque d'hygiène, froideur de l'eau l'hiver, et proximité de la cuvette des toilettes pas toujours propres n'incitent guère à fréquenter cet endroit. Certains élèves se retiennent même d'uriner de toute la journée en raison de l'état repoussant des toilettes témoignent des associations de parents d'élèves, alors, ce n'est pas pour s'y désaltérer.
Il y a donc effectivement de quoi s'inquiéter sur les conditions d'hydratation de nos enfants dans les établissements scolaires. Alors que les dirigeants d'entreprises ne voient aucun problème à ce que leurs employés viennent avec leurs bouteilles d'eau, de jus de fruits ou autres, pourquoi n'en serait-il pas de même dans les écoles ? Pourquoi refuser aux enfants, ce qu'on ne refuse pas aux adultes quand il s'agit de besoins primordiaux ?
C'est après tout aux équipes pédagogiques d'assurer la sécurité dans les écoles, et pas en privant  tous les élèves d'eau, pour quelques perturbateurs. Le principe de précaution a là des limites : car il touche la santé des enfants. C'est aux parents d'imposer dans le cartable la bouteille d'eau. Un enfant qui a soif est en droit d'avoir sa petite bouteille d'eau à portée de main.